En juin 1963, la ville d’Ivry sur Seine accueillait un invité de marque: Youri Gagarine. Deux ans seulement après son vol spatial, le premier homme envoyé dans l’espace recevait les honneurs d’une banlieue rouge. Accueilli par une foule en liesse,le cosmonaute planta symboliquement un arbre devant l’imposante façade de briques rouges. Avec l’inauguration de 380 logements,des familles entières ont pu quitter des bidonvilles pour bénéficier d’un minimum locatif : un appartement avec eau chaude, toilettes et chauffage intégrés. Plus de cinquante ans ont passé. Le rêve s’est progressivement lézardé.

Aujourd’hui l’immeuble est en cours de démolition. Pendant deux ans, je me suis déplacée dans les longs couloirs et les appartements, certains déjà vidés de leurs occupants. J’y ai rencontré Olinda et Armando, Assitan et son fils Maddy, Rachid, Mamadou, Bintou, Patricia, Yvette et Daniel, Ammar et Taous, Aicha, Yakhou, Karamako, Romain, Yves, Madeleine et son fils William, Aïcha, Fatima, Malika…
Ces derniers témoins de la vie à Gagarine ont accepté de partager leurs souvenirs, de raconter ces années passées dans ces murs, d’évoquer des tranches de vies parfois étalées sur plusieurs décennies, de se remémorer l’entraide entre les voisins, le partage entre les communautés. Et alors que leurs cartons s’entassent dans des pièces vides, les derniers habitants évoquent aussi leurs sentiments mêlés. La joie et le soulagement d’un côté de quitter un immeuble déserté et dégradé, et la tristesse de devoir clore un chapitre de leur histoire.

TEXT

Gagarine sur le départ

neque. dapibus efficitur. Praesent libero leo. elementum eget accumsan dolor. risus massa