« Je veux faire de ces jeunes filles des femmes utiles, certain que j’en ferai par là des femmes agréables »
affirmait Napoléon Ier à la création en 1805 des Maisons d’éducation pour les filles des légionnaires civiles et militaires.
Pour y entrer, il faut que l’un des ascendants directs soit  membre de la Légion d’honneur ou de l’Ordre national du Mérite.
Les Maisons dépendent de la Chancellerie et le Président de la République en est le tuteur comme héritier de Napoléon.

La Maison d’éducation de Seine-Saint-Denis fut créée dans l’ancienne abbaye royale et correspond actuellement à un lycée de filles.
Etablissement public, tous les professeurs viennent de l’Éducation Nationale et suivent les mêmes programmes que tous les lycées de France mais avec des valeurs et une charte de vie scolaire plus strictes qu’ailleurs : uniformes, discipline, internat, vieilles pierres et décors splendides sont le quotidien des jeunes filles. Car, indubitablement, la tradition régente l’institution la plus atypique du paysage scolaire français.
Tout cela avec un adulte pour encadrer dix élèves, 99% de réussite au baccalauréat et des études universitaires poursuivies dans les plus grandes écoles.

De quoi faire pâlir les collèges voisins du 93 classés en zone d’éducation prioritaire…

TEXT

Les demoiselles de la légion d'honneur

vel, elementum venenatis Sed Praesent ut